Demain Dès L’aube Analyse Figures De Style

Demain Dès L’aube Analyse Figures De Style

Demain, dès 50’aube

Victor Hugo –
Les Contemplations

Analyse lin�aire


Program de la fiche sur
Demain dès fifty’aube
de Victor Hugo :

Introduction

Dans


Les Contemplations

, la mort de Léopoldine inspire à Hugo tantôt des réminiscences heureuses, tantôt de douloureux cris de désespoir.

À la veille du quatrième anniversaire de l’accident, Hugo etch ces trois strophes du po�me
Demain, d�s l’aube
d’une simplicité harmonieuse et d’un lyrisme touchant. Avec une détermination qui due north’exclut ni fifty’émotion ni l’imagination, il décrit par avance le cheminement qui le conduira auprès de son enfant bien-aimé. Mais par la magie des images, des rythmes et par le charme du langage poétique, ce voyage vers le gift et vers la mort prend la forme d’un poème d’amour et d’une célébration. Léopoldine disparue revivra éternellement grâce à l’offrande de quelques fleurs. Hugo illustre ici le pouvoir de la poésie, immortaliser ce que la mort a fait disparaître.

Texte du po�me Demain dès l’aube

Télécharger
Demain, dès l’aube – Victor Hugo
en version audio
(clic droit – “enregistrer sous…”)

Lu par Romy Riaud – source : litteratureaudio.com


Demain dès l’aube

Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.
J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour cascade moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

Victor Hugo



Claude Monet, Le Givre



Claude Monet, Le Givre (1880)


Plan de fifty’analyse linéaire


I. Vers 1 � iv : Le narrateur est d�termin� � partir
2. Vers 5 � ten : 50’indiff�rence au contexte du voyage
III. Vers 11 et 12 : Le d�nouement

Analyse linéaire

I. Vers i � 4 : Le narrateur est d�termin� � partir

Le po�me d�bute par fifty’indication insistante du moment du d�part (tout le vers i : trois notations de temps formant un groupe ternaire selon le rythme 2/2/8).

L’itin�raire suivi avec d�termination :

L’itin�raire est exprim� par l’emploi de
verbes de mouvement
(“je partirai”, “j’irai”). Leur ordre marque le d�part et l’arriv�e, et une certaine fa�on de se d�placer, dont
la d�termination est soulign�e par l’emploi r�p�t� du futur.
La situation de ces verbes � l’int�rieur du po�me (“je partirai” occupe les premiers pieds du vers two, “j’irai” ponctue en anaphore le d�but de chaque h�mistiche du vers 3) fait de chacun d’eux une �tape importante et d�cisive de fifty’itin�raire. Ils ponctuent le texte en soulignant
une volont� que rien ne saurait arr�ter. C’est pr�cis�ment cette d�termination, et la mani�re de voyager, qui
font appara�tre ce voyage non comme united nations simple d�placement, mais comme un itin�raire sentimental.

Popular:   Morales Des Fables De La Fontaine

Une relation affective profonde :

50’insistance � vouloir partir, que soulignent la r�p�tition des compl�ments de temps du vers 1 et 50’emploi constant du futur des verbes de mouvement, s’explique par le
chagrin d’une s�paration. L’indiff�rence � tout ce qui n’est pas la pens�e de la bien-aim�e met en relief la profondeur d’une relation sentimentale qui justifie un tel voyage.

La bien-aim�e appara�t dans l’interpellation affectueuse
qui termine le premier h�mistiche du vers 2 (“vois-tu”) et dans le rapprochement “je”/”tu”, tr�s affirmatif, (“je sais que tu grand’attends”) ou n�gatif (“je ne puis demeurer…”). Le premier quatrain souligne par un jeu d’alternance entre “je” et “tu” (vers 2, vers 4) une double certitude : celle d’un “rendez-vous”, celle de l’incapacit� d’accepter une situation douloureuse.

Le rythme tr�s r�gulier du vers 4 (3/3/iii/3) sans aucune coupe forte, donne � cette fin de strophe la musicalit� d’une incantation obsessionnelle.

2. Vers 5 � 10 : L’indiff�rence au contexte du voyage

Fifty’indiff�rence au contexte du voyage south’exprime par une certaine
impr�cision concernant le d�cor, par la
n�gation des perceptions
et par l’insistance sur des pr�occupations personnelles.

L’impr�cision de fifty’environnement :

La nature du paysage environnant est simplement indiqu�e par des
notions thousand�ographiques sans caract�risation
(“la for�t”, “la montagne”). De one thousand�me le paysage de la strophe 3 (“l’or du soir”, “les voiles”) semble indistinct, ce que sugg�re fifty’adverbe “au loin”. Le ph�nom�ne d’impr�cision est d’ailleurs plus nettement soulign� par les n�gations.

Les perceptions ni�es :

La reprise de “sans” (“sans rien voir”, “sans entendre”) dans un vers lui-yard�me tr�s r�gulier, souligne une
indiff�rence volontaire � toute perception auditive ou visuelle. Le refus des perceptions visuelles se retrouve aux vers 9 et 10 : tout int�r�t �ventuel cascade un paysage esth�tiquement �mouvant est cat�goriquement ni� (n�gation du verbe “regarder”). De m�me, la confusion entre le jour et la nuit, qui s’exprime au vers 7 montre fifty’incapacit� du voyageur � rester sensible � ce qui l’entoure.

Les pr�occupations douloureuses :

Elles sont �troitement li�es au refus de la solitude (vers 4) et � la n�cessit� d’un recueillement. Elles southward’expriment � travers united nations
vocabulaire de l’affectivit�
(“triste”, “seul”) et par la clarification d’un
comportement soucieux : repli sur soi, poids des pens�es.
La m�ditation est toute int�rieure et keep, comme le sugg�re le vers five et son rythme monotone, sans aucune rupture. Le poids du souci se traduit par 50’�num�ration du vers 8, marquant une progression nette dans le rythme, et, peut-�tre, une d�marche progressivement plus pesante (1/iii/4/4).

Popular:   Exercice Sur Le Subjonctif en Espagnol

La progression temporelle et spatiale :

Le voyage se termine au cr�puscule comme le souligne la chiliad�taphore du vers nine (“l’or du soir qui tombe”). Le voyage occupe ainsi une journ�e enti�re sans pause, � travers united nations paysage aux aspects vari�s.
Dans la strophe 3 le changement de paysage (il devient maritime et fluvial, ce que sugg�rent “les voiles”, et le nom propre “Harfleur”) souligne indirectement la progression spatiale.

III. Vers xi et 12 : Le d�nouement

L’itin�raire sentimental se r�5�le soucieux et douloureux :

� mesure que se d�roule le po�me et le voyage, le po�te, et le lecteur, se rapprochent de ce qui en fait la valeur melancholia et le drame.
Le rendez-vous n’est pas celui de la vie, mais celui de la mort. Le choc du deuxi�me h�mistiche du vers 11
conduit � une lecture r�trospective. Celle-ci est marqu�due east par la pr�sence obs�dante de L�opoldine, que la po�sie c�fifty�bre et fait, en quelque sorte, �chapper � la mort.

Le dernier vers, une volont� d’une immortalisation :

La c�l�bration du dernier vers met en relief la
volont� d’une immortalisation. Le houx �ternellement vert et la bruy�re �ternellement en fleur par la magie de l’�criture po�tique (l’image reste et r�siste au temps) sont � l’prototype de cette �ternit� que le po�te souhaite non seulement souligner mais cr�er.
C�50�br�eastward par le r�cit harmonieux et douloureux de ce p�lerinage, L�opoldine ne peut �tre oubli�e.

Une lecture r�trospective du po�me :

La northward�gation de la mort
passe par plusieurs proc�d�south propres au langage po�tique, et mis en relief par les techniques de versification.

Le dialogue “je”/”tu” fait appara�tre une interlocutrice vivante et pr�sente, aussi bien r�ellement que dans la pens�e et dans le c�ur du narrateur. 50’emploi du pr�sent d’actualit� renforce cette id�e ainsi �voqu�east, avec certitude, 50�opoldine �chappe � la disparition.
La n�gation de tout ce qui north’est pas la jeune fille traduit, implicitement, sa pr�sence obs�dante elle appara�t comme l’unique objet des pens�es du po�te. Le ph�nom�ne d’int�riorisation, qui occupe une grande partie du texte (vers 4-10) est tr�s habilement soulign� par la structure de la strophe centrale, aux rimes embrass�es. Cette strophe enti�rement consacr�e au narrateur (“je” omnipr�sent) semble faire abstraction de tout ce qui due north’est pas lui-m�me. En r�alit�, le regard int�rieur, d�tourn� du contexte et du paysage, est enti�rement tourn� vers la pens�e de L�opoldine. Cause de la tristesse du po�te, elle est fifty’�l�ment obs�dant de son univers. Enfin le jeu d’alternance portant sur la north�gation et sur l’affidavit, souligne le refus qu’a Hugo de ce qui l’entoure et affirme la
pr�sence obsessionnelle de sa fille. Traverser des paysages en niant leur r�alit� sensible et affirmer en revanche une certitude qui rel�ve de l’affectivit�, permettent � Hugo de recr�er une relation sentimentale modifi�east par la mort.

Popular:   Que Veut Dire How Old Are You

Conclusion

Le poème
Demain, d�south l’aube, de Victor Hugo est lié au temps et à l’espace. Poème retraçant une expérience réelle et united nations voyage imaginaire, ce texte demeure comme le message privilégié d’une relation exceptionnelle. Comme beaucoup de poèmes de mort et d’amour, il parvient, par le choix du vocabulaire, par l’incantation obsédante des rythmes, par tout ce qu’il suggère et fait exister derrière la négation de la réalité, à dépasser ce qui est immédiatement perceptible au turn a profit de ce qui a disparu. Omniprésente dans la motivation et dans la détermination du départ, dans les pensées et dans le cœur du poète, dans son refus d’une nature habituellement appréciée et aimée, Léopoldine échappe au temps, comme les deux symboles d’immortalité qui ornent à tout jamais sa tombe.
Ce texte (comme 50’Albatros de Baudelaire, ou Le Dormeur du val de Rimbaud) présente l’originalité de pouvoir être lu différemment en fonction de son épilogue ou des connaissances que fifty’on a des motivations qui lui ont donné naissance. Supprimer les dix-huit derniers pieds permet de le lire comme united nations poème d’amour qui pourrait être dédié à une femme aimée et vivante, que le poète va rejoindre.

Plan cascade un commentaire litt�raire

I. Le voyage symbolique

1. La progression dans le temps
ii. La progression dans 50’espace
iii. L’itinéraire suivi avec détermination

II. L’itinéraire sentimental

ane. Une relation melancholia profonde
2. L’indifférence au contexte du voyage

3. Le triomphe de la vie sur la mort : l’immortalité

1. Le jeu poétique
2. Le dernier vers

Demain Dès L’aube Analyse Figures De Style

Source: https://bacdefrancais.net/demain-des-l-aube-hugo.php

Ce site utilise des cookies pour améliorer la convivialité. Vous acceptez en utilisant le site Web plus loin.

Politique de confidentialité des cookies

Contact Us